Les 101 Mots du Maquillage

 

« Les 101 mots du maquillage » ou un précis bien pratique et surtout « à l’usage de tous »  comme il est précisé sur la couverture…

 

Pourquoi Anne de Marnhac, Normalienne, diplômée en lettres et en ethnologie, s’intéresse-t-elle  à l’art du Maquillage? Les critères de beauté et d’esthétique évolueraient-ils en fonction des époques, de l’âge et des localisations géographiques? Alors vite, ma trousse d’urgence pour parer à toutes les situations ou presque. Un RAL qui dure 8 heures minimum, une BB crème, un fond de teint fluide ivoire, un blush poudré bouton de rose, un mascara noir longue tenue pour allonger jusqu’à l’extrême mes cils, un khôl marron pour aller avec mon iris…Le minimum syndical quoi !

Soudain, panique totale! Et si 101 mots ne suffisaient pas pour faire de moi une experte en maquillage? Il me faut connaître tous les artifices nécessaires à ma survie dans cette jungle du faux-semblant !

Il est intéressant de constater que sur la toile, il existe de plus en plus de chaînes délivrant des conseils « make up » et « mise en beauté » des cheveux ou du corps. Grâce à des « tutoriels » très sérieux réalisés par des maquilleurs pro ou grâce à des tutos filmés par Madame ou Mademoiselle Toutlemonde, il est désormais facile de trouver les bonnes couleurs pour mettre en valeurs ses yeux, son teint, ses lèvres… Parfois même les hommes s’y mettent…

Ainsi, on obtient des conseils pour se faire tatouer de manière permanente le contour des lèvres ou les sourcils, faire allonger ses cils jusqu’à l’infini ou presque, avoir un vernis semi-permanent, gober des gélules extraordinaires pour dorer sa peau si blanche habituellement…

Mais face à la glace, nous ressemblons de plus en plus à Cruella qui refuse le naturel au profit d’un pseudo-sophistiqué souvent artificiel et visible…

Un tel engouement pour l’art du maquillage s’expliquerait-il par l’accessibilité aux réseaux sociaux et à la capacité de chacun à rassembler des « followers » en quelques clics? Il existe des milliers de petits conseils persos (qui ne le sont plus vraiment désormais) ainsi que des conseils dits de « grands-mères » pour nous mettre encore plus en valeur et exalter notre pouvoir de séduction. Le secret de notre teint pêche printanier n’est plus aussi férocement gardé…Il faut partager, communier, échanger et surtout se livrer pour « être la plus belle pour aller danser »!

La vraie question est de savoir si ces posts et autres vidéos sont si désintéressés. Et si les tutoriels n’étaient qu’un moyen déguisé de valoriser nos égos dans un contexte économique et social de plus en plus difficile. Une déferlante de « likes » et autres « comments » nous aiderait à accepter l’ennuyeuse réalité de notre quotidien? Sûrement, et si en plus les publicités et les placements de produits prolifèrent en « toute objectivité » parallèlement aux conseils donnés, alors tout va bien dans le meilleur des mondes…

Quelques définitions du livre, résumées par nos soins, à lire avec attention dans leur intégralité:

Artifice: Faire-valoir ou trompe-l’œil?

Bimbo: Tout brille…faux. Une armure qui masque le discours défaillant.

Blogs: coups de griffe, coups de gueule.

Body-painting: un moyen de réinventer la nudité.

Blancheur / Bronzage: autres temps, autres mœurs.

Chic/ Croyances: impressionner ou effrayer?

Cuisiner: produits naturels pour se maquiller.

Effrayant/ Excentrique/ Glamour/ Gothique/ Kawaï: faire peur, séduire ou banaliser?

Make-up artist: un maquilleur français mais avec une « english touch » pour sonner plus « glam ».

Selfie/ Tatouages/ Télé-Réalité: une autre façon d’exalter son égo?

@Noé On The Road

Collection 101 Mots

Archibooks

12E90

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.