Puisque voici l’aurore

Dans le « journal » d’Annie Cohen intitulé « Puisque voici l’aurore », l’autrice nous livre ses états d’âmes et ses souffrances intérieures.

Elle aime FB.

Elle aime Lola, sa chienne fidèle.

Elle aime peindre à l’encre de Chine.

Elle aime créer des univers avec des mots bien choisis…

Mais, la maladie et son lot de médicaments la font souffrir au plus profond de son être.

Comme elle le dit: « les mots de la folie s’écrasent comme un crash sur la feuille du carnet noir ».

Alors pour ne pas sombrer complètement, Annie cherche qui elle est en remontant le fil de ses souvenirs de jeunesse et d’enfance.

Elle est femme à Isla Mujeres.

Elle est fille sur la tombe de sa mère à Boulogne-Billancourt.

Elle est souffrante à Meudon mais élégante dans la boutique de sa grand-mère à Sidi-Bel-Abbès.

Elle devient soeur à Alger et se lie au « sel de la mer Morte et au désert de Judée ».

Et puis un jour, le tatouage se fait salvateur…

Un ouvrage émouvant sur l’itinéraire d’une femme qui cherche à se révéler à elle-même.

Noé On The Road
Annie Cohen, Puisque voici l’aurore, des femmes Antoinette Fouque, 2020.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.